AMARC Europe

Untitled-1

DÉCLARATION DE MONTPELLIER

MONTPELLIER, FRANCE, MAY 18, 2013

Près de 100 représentants des médias communautaires de plus de 25 pays européens, réunis à Montpellier, en France, dans le cadre de la troisième pan-européenne de l'Assemblée générale de l'AMARC l'Europe pour célébrer l'approche transversale et inclusive de stations de radio communautaires à tous les niveaux.

Considérant:

- La Charte européenne pour la radio communautaire, adoptée lors de la conférence de fondation de l'AMARC-Europe en Slovénie en 1994

-La Résolution du Parlement européen du 25 Septembre 2008, qui a appelé les Etats membres à soutenir plus activement les médias communautaires pour garantir le pluralisme des médias

-The Declaration of the Committee of Ministers of the Council of Europe on the role of community media in promoting social cohesion and intercultural dialogue of February 11, 2009 that “recognises community media as a distinct media sector, alongside public service and private commercial media and, in this connection, highlights the necessity to examine the question of how to adapt legal frameworks which would enable the recognition and the development of community media and the proper performance of their social functions ».

-La Dimension humaine de l'OSCE cadre juridique Séminaire liberté des médias du 14 mai 2013, qui met en évidence le besoin de reconnaissance des trois secteurs de la communication.

-le Document 40 principes pour garantir la diversité et le pluralisme dans les services de communication audiovisuels Antennes et adopté par l'AMARC en 2010, qui établit les cadres économiques et politiques pour la mise en place de la radio communautaire indépendante et durable.

Considérant:

Que cinq ans après la résolution du Parlement européen la situation a empiré. La négligence et / ou des intérêts partisans des gouvernements ont permis l'appropriation des nouvelles technologies par des intérêts commerciaux, qui a provoqué la concentration des médias et a limité la présence des médias à but non lucratif. D'autre part, la réglementation excessive ont entraîné la fermeture des radios communautaires en Europe.

Dans les Asturies, une région dans le nord de l'Espagne, les radios communautaires ont été menacent avec des amendes allant jusqu'à € 500 000.

Exprimant concern that national governments in their actions do not respect international standards on freedom of expression and pluralism despite the great progress at European institutional level and the recognition of the role and value of community media in the expression of pluralism and social diversity in the media sphere,

Appel la solidarité entre les médias communautaires locaux, nationaux et internationaux pour résister aux fermetures de, menaces et la discrimination contre le tiers secteur. Nous appelons également à l'adoption de la Charte européenne de l'AMARC pour la radio communautaire par tous nos membres.

Demande:

1. Les Etats européens pour répondre aux recommandations et résolutions des institutions européennes et internationales sur la radiodiffusion communautaire.

2. Pour garantir l'accès aux médias communautaires à toutes les plateformes de diffusion disponibles, de sorte que le passage de l'analogique au numérique devient une opportunité pour plus pluralisme des médias plutôt que pour une plus grande concentration des médias.

3. Que les organes européens reconnaissent que la culture et l'innovation technologique est un bien public et sa distribution ne devraient pas être limités par des intérêts commerciaux.

4. Afin de garantir l'existence de régulateurs indépendants.

5. Mettre en place des mécanismes de consultation entre les médias communautaires, les décideurs et les organismes de réglementation pour faciliter la participation des organisations du tiers secteur dans le développement de politiques et de règlements équitables.

6. de respecter et de soutenir la diversité culturelle et linguistique de la communauté, des médias libres et associatifs.

Untitled-1

DECLARATION DE MONTPELLIER,
FRANCE, 18 mai 2013

Près de 100 représentants des médias associatifs et communautaires de plus de 25 pays européens, se sont réunis à Montpellier, en France, dans le cadre de la troisième Assemblée générale paneuropéenne de lAMARC en Europe pour célébrer lapproche transversale et globale des radios associatives à tous les niveaux.

Dans considérant:

• La Charte européenne des radios communautaires, adoptée lors de la conférence de fondation de lAMARC-Europe en Slovénie en 1994

• La résolution du Parlement européen du 25 Septembre 2008 qui a appelé les Etats membres à soutenir plus activement les médias associatifs pour garantir le pluralisme des médias

• La Déclaration du Comité des Ministres du Conseil de lEurope sur le rôle des médias associatifs dans la promotion de la cohésion sociale et le dialogue interculturel du 11 Février
2009, qui «reconnaît les médias communautaires comme un secteur des médias distinct, à côté du service public et des médias commerciaux et privés, et souligne la nécessité dexaminer comment adapter les cadres juridiques nationaux qui permettraient la reconnaissance et le développement des médias associatifs et la bonne exécution de leurs fonctions sociales « 

• Le Séminaire sur le cadre juridique de la liberté des médias de lOSCE du 14 mai 2013, qui met en évidence le besoin de reconnaissance des trois secteurs de la communication

• Le document des 40 principes pour garantir la diversité et le pluralisme dans les services de communication audiovisuelle adopté par lAMARC en 2010, qui établit les cadres économiques et politiques pour la mise en place de radios libres autonomes et durables.

Dans considérant:

Que cinq ans après la résolution du Parlement européen, la situation sur le terrain sest aggravée: la négligence et/ou les intérêts partisans des gouvernements ont permis lappropriation des nouvelles technologies par des intérêts commerciaux, en augmentant la concentration des médias et en limitant la présence des médias à but non lucratif. Dautre part, une réglementation excessive a provoqué la fermeture de nombreuses radios communautaires en Europe.

Dans les Asturies, une région du nord de lEspagne, les radios communautaires sont menacées avec des amendes allant jusquà 500.000 euros. Dans le Pays Basque, le premier
appel à candidature pour de nouvelles licences depuis 1986 a privilégié les intérêts politiques et commerciaux au détriment du droit fondamental des citoyens à communiquer. Dans la partie flamande de la Belgique, le secteur des radios associatives na aucune reconnaissance officielle. La même chose se produit en Finlande. En Suède, les fréquences réservées pour les radios communautaires ont été privatisées et commercialisées. En Hongrie, la nouvelle réglementation audiovisuelle demande aux radios de fournir des informations régulières et détaillées sur leur contenu musical, dont la conformité est difficile, même pour les médias avec de vastes ressources administratives. En Grèce, les radios ayant des liens étroits avec les mouvements sociaux sont la cible de la répression gouvernementale, et deux dentre elles ont été fermés au cours des dernières semaines.

Dans constatant avec préoccupation:

– que les gouvernements nationaux dans leurs actions ne respectent pas les normes internationales sur la liberté dexpression et le pluralisme, malgré les grands progrès au niveau institutionnel européen et la reconnaissance du rôle et de la valeur des médias associatifs dans lexpression du pluralisme et de la diversité sociale dans la sphère des médias,

En appelant à la solidarité entre les médias associatifs au niveau local, national et international pour résister aux fermetures, menaces et discriminations envers le tiers secteur et à ladoption de la Charte européenne pour les radios associatives par tous les membres de lAMARC.

Les participants demandent:

1. Aux Etats européens de donner une suite aux recommandations et résolutions des institutions européennes et internationales sur la radiodiffusion communautaire.

2. De garantir laccès des médias associatifs à toutes les plateformes de diffusion disponibles, de sorte que le passage de lanalogique au numérique devienne une opportunité pour plus de pluralisme plutôt que davantage de concentration des médias.

3. Que les institutions européennes reconnaissent que la culture et linnovation technologique sont des biens publics et que leur distribution ne devrait pas être limitée par des intérêts commerciaux.

4. De garantir lexistence dautorités de régulation indépendantes.

5. Détablir des mécanismes de consultation entre les médias associatifs, le monde politique et les régulateurs afin de faciliter la participation des organisations du tiers secteur dans le développement de politiques et de règlements équitables.

6. De respecter et de soutenir la diversité culturelle et linguistique par le biais des médias libres et associatifs.

Untitled-1

DÉCLARATION DE MONTPELLIER

MONTPELLIER, FRANCE, 18 MAY 2013

Réunis à Montpellier, en France, sous la Réunion III pan-européenne de l'AMARC, environ 100 représentants des médias communautaires dans plus de 25 pays européens, invités à célébrer l'intégration de la radio communautaire et:

Attendu que:

- la Charte européenne pour les radios communautaires adoptée lors de la conférence de fondation de AMARC-Europe En Slovénie en 1994

-Le Résolution du Parlement européen du 25 Septembre 2008, et qui "invite les États membres à soutenir plus activement les médias communautaires pour garantir le pluralisme des médias".

-Le Déclaration du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe sur le rôle des médias communautaires dans la promotion de la cohésion sociale et le dialogue interculturel de Le 11 février 2009 qui «reconnaît les médias communautaires comme un secteur des médias, avec le secteur public et les médias commerciaux privés et souligne à cet égard la nécessité d'examiner la question de savoir comment adapter les cadres juridiques qui permettent la reconnaissance et le développement Les médias communautaires et la bonne exécution de leurs fonctions sociales ".

Conclusions -L'atelier Dimensions humaines de cadre juridique sur la liberté des médias OSCE du 14 mai 2013, qui affectent à nouveau l'alignement des trois secteurs de la communication.

-le Document 40 principes pour assurer la diversité et le pluralisme dans la radiodiffusion et les services de médias audiovisuels, adoptée par l'AMARC en 2010, qui établit les cadres politiques et économiques minimales pour la création de radios communautaires indépendantes et durables.

Attendu que:

Cinq ans après la résolution du Parlement européen la situation a empiré.

Dans les Asturies, une région dans le nord de l'Espagne, les radios communautaires menacés d'amendes allant jusqu'à € 500 000.

Exprimant préoccupation que, malgré les grands progrès au niveau institutionnel européen et la reconnaissance du rôle et de la valeur des médias communautaires dans l'expression du pluralisme et de la diversité sociale dans le domaine des médias, les gouvernements nationaux ne reflètent pas les actions sur leur égard normes internationales sur la liberté d'expression et le pluralisme

Y por ello, appel solidarité locale, nationale et internationale entre les projets de communication de la communauté contre des projets de fermeture de la radio, le risque et la discrimination contre le tiers secteur dans les contextes nationaux et internationaux et l'adoption de la Charte de l'AMARC Europe pour tous nos membres.

Nous demandons:

  1. Etats européens satisfont à tout moment à ce que des recommandations et des déclarations européennes et internationales sur la radiodiffusion communautaire.

  2. L'accès aux médias de toutes les technologies de diffusion disponibles, mais non limités à, la communauté de sorte que la migration de l'analogique vers le numérique supposent une occasion pour un plus grand pluralisme dans les médias, et non pour le cluster est garanti.

  3. Que les organisations européennes reconnaissent que la diffusion de la culture et les innovations technologiques, étant des biens publics, ne doit pas être conditionnée par des intérêts commerciaux.

  4. Qui assure l'existence de régulateurs indépendants.

  5. Que les mécanismes de consultation entre la communauté et les médias décideurs et les régulateurs afin de faciliter la participation des organisations du tiers secteur dans le développement de politiques et de règlements équitables sont établies.

  6. Qui respecte et soutient la diversité culturelle et linguistique de la communauté, des médias libres et associative.